« Pierres de Singes » (Affensteine)

route: Schmilka, Affensteine, Schmilka

points de vue: Breitekluftaussicht, Domerker, Domriff, le Rocher de Carola, Bloßstock

degré de difficulté: distance: 8 km, durée : ca. 4 h

transports: avec le Train de banlieue en direction Schöna et apres le ferry; avec voiture sur B172 jusque le parking de Schmilka

restaurants: seulement Schmilka ("Grenzeck", glacier )


La Promenade Supérieure de « Pierres de Singes » (Affensteine) - un circuit pédestre

Le mieux est qu’on traverse les Pierres de Singes sur la Promenade Supérieure de Pierres de Singes. Elle n’offre que peu de différence de niveau, mais par contre, des points de vue et de repos spectaculaires vous attendront. Ce sentier de randonnée tire son origine géologique de la résistance de rocher variable et de l’érosion typique qui en résulte.

La sédimentation de l’argile horizontale dans la roche est la cause principale de l’aspect des rochers d’aujourd'hui. Le long des strates d’argile, des joints de stratification se forment par l’érosion. Ces joints peuvent se transformer en cavernes stratifiées ou même en portes rocheuses (la Porte de Prebisch, Kuhstall=étable à vaches). Si l’érosion devient trop importante, la charge rocheuse est trop lourde et en conséquence, les rochers tombent dans la vallée formant des terrasses rocheuses. Celles-ci sont vraiment idéales pour l’aménagement des sentiers de haute montagne comme la Promenade Supérieur de Pierres de Singes.






Choisissez la vraie origine de la désignation « Pierres de Singes » :

Version 1 : Au milieu du XVe siècle, les Wettins sont entrés en possession de la Vorderes Raubschloss (autre nom du Frienstein). Les contemporains fâcheux y étaient incarcérés et tourmentés comme c’était l’habitude au Moyen-Âge. Parmi ceux-ci était un jeune noble de Dresde qui devait son aisance du commerce avec l’Orient. Il avait un singe apprivoisé qui obéissait au doigt et à l’oeil. Quand l’incarcération a été rendue public, son serviteur est parti dans la Suisse Saxonne postérieure prenant avec soi le singe et une longue corde de chanvre. Pendant la nuit, une fin de la corde a été attachée sur le corps du singe. Celui-ci a grimpé sur le rocher vertical jusqu'au Vorderes Raubschloss. Le cachot étant situé très isolé, la garde était plus ou moins insuffisante (ou on était déjà en état d'ivresse) et le singe pouvait parvenir à son maître sans être remarqué. Tout le reste était un jeu d’enfant et le noble, qui vivait désormais à Prague, a fait circuler son histoire des pierres de singes.

Version 2 : La désignation tudesque du grand-duc (qui y nichait en grand nombre) était « Auf » ce qui, pendant les siècles, se transformait en « Affensteine » (pierres de singes).


La randonnée dure une demi-journée et commence à Schmilka. D’abord, on montera de Grenzeck (un point de départ populaire et la dernière possibilité pour un rafraîchissement) jusqu’à ce qu’on arrive la source d’Ilmen. Ici, la voie au Grosser Winterberg (Grand Mont d’Hiver) commence et nous la suivrons jusqu'à l'embranchement vers « Wurzelweg » (chemin des racines) et « Elbleitenweg » (chemin de la pente d’Elbe) (cercle vert). En allant sur le « Elbleitenweg », on dépassera le site escalade « Rauschenstein ». Comme d’autres massifs de rochers qui avaient une position favorable, le « Rauchenstein » abritait un observatoire de château fort au Moyen Âge. Suivant le chemin, nous serons impressionnés par le « Gardien de Rauschen » à droite, la « Tour de Rauschen » à l'est et « le Sommet de Rauschen ». Le sentier randonnée plat traverse une forêt mixte jusqu'à un brusque virage à gauche. Ici, nous trouverons la montée balisée à la « Breite Kluft Aussicht » (large crevasse « vue »).

La description du parcours de la « Breite Kluft Aussicht » se trouve également à la suite de la
« randonnée à pied de Schrammstein ».

Nous ferons la randonnée suivant le chemin balisé en bleu (Zurückesteig) jusqu’à l’embranchement vers la «Promenade Supérieure de Pierres de Singes ». Sur ce parcours se trouve le débouché de la montée par le « Rotkehlchenstiege » (l’escalier du rouge-gorge) de Schmilka. Il y a une montée alternative très recommandable qui mène au « Zurückesteig » et qui se trouve entre la « Breite Kluft Aussicht » et le « Rotkehlchenstiege ». Mais ce chemin balisé en noir sur l’arête devrait être réservé aux randonneurs expérimentés.

Quittant l’embranchement mentionné ci-dessus, on arrivera d’abord à la paroi de singes et continuera la randonnée jusqu’à l’arête rocheuse (près de la descente dans le « Sandloch » (trou de sable). Ici se trouve un point de repos idéal avec vue sur les Schrammsteine antérieures et la Falkenstein (Pierre de Faucon). Le long de l’arête rocheuse vers l’est, nous pourrons admirer le double sommet du « Domwächter » (gardien de la cathédrale) et de la « Rohnspitze » (paroi de Rhon). Désormais, notre randonnée continuera sur le chemin jaune. Après un court parcours vers le nord-ouest, nous passerons la « Kleines Prebischtor » (la petite porte de Prebisch) et prendrons la direction vers l’est jusqu’à la première croisée de chemins.
À notre gauche, le chemin venant du « Nasser Grund » et du « Sandloch » débouche sur le trajet. À notre droite, le Reitsteig (un petit bout sur le chemin jaune et à partir de la prochaine croisée sur le chemin balisé en bleu) mène au « Großer Winterberg » (Grand Mont d’Hiver). Mais ici, il faudra faire attention. Au milieu, le chemin continue sur la Promenade Supérieure de Pierre de Singes sans être balisé (à gauche le « Sandloch », à droite le « Reitsteig »). Derrière ce croisement, on ira vers la gauche et restera sur la même hauteur. À la prochaine bifurcation, nous aurons les options suivantes :

1. Descendre à gauche par la « Wilde Hölle » (enfer sauvage) (avec harpons) dans le
« Nasser Grund » (fond humide) de la vallée de Kirnitzsch.
2. Continuer légèrement à gauche sur la même hauteur et sur la Promenade Supérieure
de Pierres de Singes.
3. Monter à droite au Rocher de Carole par un escalier en bois.

L’option 3 représente un changement bienvenu (pour les amateurs de photo) et nous retournerons à cette bifurcation plus tard.

    Après quelques mètres sur l’escalier en bois, un embranchement mène à droite, directement vers le Rocher de Carola. Ici, on pourra admirer les vues les plus spectaculaires sur les Pierres de Singes. La vue va de « Domwächter » par les parois du nord des « Schrammsteine », par la « Hoher Torstein » et la « Falkenstein » à la « Lilienstein ».

    Après être retourné à la bifurcation, nous tournerons à droite sur la Promenade Supérieure de Pierres de Singes. Les parois rocheuses du Bloßstocks avec une hauteur de 90 mètres sont les tours rocheuses les plus imposantes de la Suisse Saxonne. Pour cela, ces parois sont particulièrement intéressantes pour les alpinistes. À cause d’un nombre extraordinaire de randonneurs et alpinistes, le pied du rocher a subi des érosions inquiétantes dans le passé.

    Les deux descentes « Zwillingsstiege » et « Häntzelstiege » attirent les sportifs. D’abord, le « Zwillingsstiege » s’embranche du sentier randonnée à gauche et mène directement à la Promenade Inférieure de Pierres de Singes. Sur le sentier de randonnée supérieure, nous arriverons le « Bloßstock » où nous aurons une vue optimale sur le « Große Bauernloch » et les parois de la « Teufelsspitze » d’en face. Ici, il commence une descente difficile à la Promenade inférieure de Pierres de Singes avec harpons et échelles en bois. Nous quitterons la Promenade Supérieure de Pierres de Singes et monterons au sommet du « Langes Horn » (long cor) utilisant également des échelles et harpons. Nous irons tout droit vers le sud jusqu’à ce qu'on trouve le chemin balisé en bleu du « Reitsteig », un chemin forestier qui devient de plus en plus large (à droite, il y a un embranchement vers le Rocher de Carola).

    On suivra le chemin balisé en bleu à droite et ensuite, on ira toujours à gauche jusqu’à ce qu’on arrive à la descente impressionnante par la « Heile Stiege » dans le « Heringsgrund » (fond d’hareng). La descente est relativement facile. Mais pour ceux qui montent avec sac à dos le parcours peut être très exigeant.
    Dans le « Heringsgrund », nous suivrons le chemin balisé en jaune jusqu’à ce que nous arrivions au « Elbleitenweg » (chemin de la pente de l’Elbe) et puis, à la voie vers Schmilka.
    Ici, nous n’aurons pas volé un rafraîchissement. Espérons que le « Grenzeck » légendaire qui était sous l’eau pendant les inondations en 2002 sera ouvert pour les visiteurs.
    À part ça, le glacier (avec un service très gentil) sera un bon choix.